Les axes de recherches

Les axes de recherches stratégiques de LabSIPE

Le LabSIPE développe des activités de recherche centrées sur le domaine de l’énergie et plus particulièrement sur production, récupération et stockage d’énergie dans le domaine de transport. Celles-ci s’organisent donc autour de deux axes majeurs fortement imbriqués :

Axe1 : Optimisation des systèmes énergétiques

Le premier axe de recherche a trait à l’optimisation des systèmes énergétiques en interaction avec leur environnement, tant sur le plan de la maîtrise de la consommation que de celle des effluents. Il vise à intégrer les aspects importants de la production, de la consommation, stockage et de la gestion de l’énergie. La production d’énergie propre suppose la mise au point de systèmes nouveaux ou l’amélioration/optimisation du fonctionnement de ceux déjà existants. La seconde thématique abordée dans cet axe est l’étude, la modélisation et l’optimisation des systèmes énergétiques multi-énergies et multi-usages sous contraintes, impliquant notamment une interaction forte entre offre et demande. Le système énergétique fait ici référence à un ensemble complet intégrant production, transport/distribution, stockage et utilisation de l’énergie.

Axe2 : Matériaux pour l’énergie

Le deuxième axe s’articule sur les matériaux pour l’énergie : synthèse, lois de comportement expérimentales et modélisation associée, avec en particulier des actions de recherche sur les matériaux ferroélectriques à coefficients de conversion géants, sur les polymères électro-actifs chargés par des nano-charges (nano-tubes de carbone, nano-particules magnétiques, nano-fils de Carbure de Silicium) et sur la modélisation multi-échelle de leur comportement. La seconde thématique abordée dans cet axe est l’étude dees systèmes électro-actifs : physique des systèmes piézoélectriques avec en particulier des actions de recherche sur la modélisation du comportement des ferroélectriques en régime linéaire et non-linéaire, sur l’augmentation des performances des systèmes piézoélectriques en utilisant des techniques de traitement non linéaires des signaux électriques générés par les matériaux pour développer :

– des systèmes de contrôle semi-actif adaptatif bande étroite et large bande,

– des microgénérateurs d’énergie électrique à partir de sources ambiantes vibratoires ou thermiques,

– des systèmes autonomes, auto-alimentés et sans fils (réseau de capteurs, systèmes de contrôle de vibration, contrôle de santé des structures),

– des transformateurs piézoélectriques large bande, de petites dimensions, et sur le couplage pyroélectrique et électrocalorique pour développer des systèmes de refroidissement et des récupérateurs d’énergie.